MusiqueNews Sorties Loisirs

Dr John is gone : l’âme musicale de la Nouvelle-Orléans a perdu un de ses piliers

Pour paraphraser la plus célèbre chanson de Louisiane (qu’il avait aidé à populariser) : « Dr John is gone. He always sang like it’s Mardi Gras day » !

Dr John est effectivement parti : le 7 juin 2019, le cœur du plus funky des chanteurs de la Nouvelle-Orléans a lâché, alors qu’il était dans sa 77ème année. Il laisse en héritage ses tubes qu’il n’aura jamais cherché à départir de la musique des bayous qui lui était si chère, et qu’il a transporté notamment à plusieurs reprises en Europe. Il s’était inscrit dans ce courant intemporel de la musique Louisianaise, mais en lui apportant ses excentricités. Elles n’étaient jamais superflues, et on se demandait s’il cherchait vraiment le succès, ou bien juste à se mettre, comme il l’admettait, dans les pas de ses grands prédécesseurs Louisianais, poussant le genre plus loin encore. Sa longue addiction à l’héroïne et son aversion pour le show business auront également contribué à limiter son succès.  « Right Place, Wrong Time » fut son seul grand « tube » populaire, mais comment réécouter par exemple « Such a night » sans qu’un grand sourire monte sur le visage au son de la voix facétieuse de Dr John et des orchestrations rag que ses doigts font virevolter sur les touches du piano ?

Dr John
Dr John. Crédit photo
: Takahiro Kyono – CC BY 2.0

Né « Malcolm John Rebennack » en 1941. Son père tenait un magasin d’électro-ménager où il vendait aussi, tel que John s’en rappelait, « des disques de gospel, de bebop, des disques de fête, et des trucs hillbilly comme Hank Williams. » De quoi donner une base au jeune homme dont la musique sera ensuite fortement influencée par Professor Longhair et son piano fou, mais aussi par Fats Domino ou encore Huey Smith. Il avait un jour conçu pour un show le personnage décalé et de style très « vaudou » de « Dr John », ayant lui même fréquenté dans sa jeunesse les églises acceptant les praticiens de la vieille religion africaine et vécu au milieu des signes que ses praticiens laissaient un peu partout dans la grande ville de Louisiane : poudres étranges et os de poulets à tous les étages ! Le personnage du « Dr Teeth » dans le Muppet Show s’était largement inspiré de ce style vaudou !
C’est logiquement par des « funérailles jazz » que son corps a traversé pour une dernière fois la Nouvelle-Orléans.

Son site internet : www.nitetripper.com

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !

Fermer