Actualités à Miami et en FlorideNews Politique

Jacksonville : deux écoles pourraient être débaptisées du nom de « Jean Ribault »

Pourtant Jacksonville avait dignement célébré les 450 ans de la « Floride Française », de son « Fort Caroline » et de Jean Ribault. Mais la « cancel culture » (culture de l’annulation) a depuis lors frappé : le comté de Duval en Floride – dont le chef lieu est Jacksonville – envisage de débaptiser neuf établissements scolaires. Six d’entre eux portent le nom d’officiers sudistes. Les trois autres sont accusées «de marginalisation systémique et du massacre des peuples autochtones». L’un d’entre eux est Andrew Jackson, le 7e président américain, et commandant militaire lors des «Guerres amérindiennes» pour lequel précisément « Jacksonville » a été nommée ! Enfin, un collège et un lycée pourrait ainsi être également renommés, car honorant actuellement tous les deux le Français Jean Ribault.

Né à Dieppe en Normandie en 1520, l’explorateur protestant pris possession de la Floride au nom de la France en 1562, et il débarqua près de la future Jacksonville. Le premier fort créé aux Etats-Unis le fut ainsi par les Français en Floride : Fort Caroline.

Ashley Smith-Juarez, la membre du conseil scolaire qui porte cette proposition iconoclaste a expliqué : « je continue de me demander ce que sa décision de revendiquer des terres au nom de la France […] représentait pour le peuple Timucua et si c’est quelque chose que le comté veut honorer».

«Je le ressens comme une salissure de la mémoire de notre ancêtre », a au contraire témoigné Yves de Montcheuil au Figaro. « Jean Ribault ne voulait pas s’installer au détriment des tribus amérindiennes. Si les Américains veulent réécrire leur Histoire, c’est leur problème, mais cet épisode de la découverte de la Floride n’a rien à voir avec ce qui s’est passé dans les siècles suivants« .

La présence française ne dura que jusqu’en 1565 : un ouragan décima les navires protecteurs de la colonie. Les survivants, dont Ribault durent se rendre aux Espagnols qui les tuèrent car ils étaient protestants : la rivière de St Augustine s’en rappelle toujours, elle s’appelle « Matanzas River »… la rivière du massacre. Si quelqu’un a bien fait les frais de l’intolérance de son époque… c’est donc bien Ribault !

Plaque commémorant le massacre de Jean Ribault et des Français par les Espagnols près de l'embarcadère pour Fort Matanzas / St Augustine / Floride
Plaque commémorant le massacre de Jean Ribault et des Français par les Espagnols près de l’embarcadère pour Fort Matanzas / St Augustine / Floride

L’histoire, la mémoire et l’amitié sont liées. Ainsi, en 2015 la Trinité, le navire de Ribault, fut retrouvée par un chasseur d’épaves près de Cape Canaveral. L’Etat de Floride et le gouvernement français durent s’allier afin de faire valoir les droits de la France sur cette épave militaire et son contenu, ce qui déboucha en 2018 sur une victoire judiciaire qui resta une fierté pour le consul de l’époque, Clément Leclerc.

L’année 2020 fut nettement moins favorable à la mémoire françaises aux Etats-Unis, des statues des rois Louis IX et Louis XVI ayant été endommagée (pour l’une) et menacée (pour l’autre) (comme beaucoup d’autres monuments). Si la colère de 2020 était intelligible, les symboles de l’amitié franco-américaine ne semblaient pourtant pas, pour leur part, y être pour grand chose.

En attendant, la commission des écoles du comté de Duval devait lancer l’étude sur le bienfondé de débaptiser ces écoles.

« Terre d’Espérance » : Les Huguenots à la conquête de la Floride / 1ère partie : La Rivière de mai


PUBLICITE :

Nicole Pietri / Coiffeuse styliste à Boca Raton en Floride
Nicole Pietri / Coiffeuse styliste à Boca Raton en Floride

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page