Etats-UnisNationalNews Etats-Unis

Adultère et divorce font-ils bon ménage aux Etats-Unis ? (Vos droits aux USA)

Ah, voici une question épineuse : celle du divorce et de l’adultère !

L’adultère est interdit dans certains Etats

Pour commencer, il faut savoir que les relations sexuelles entre personnes dont au moins une est mariée (avec quelqu’un d’autre) est un délit dans dix-neuf Etats américains. De nos jours, la contravention de ces lois entraîne généralement peu de poursuites, mais il faut tout de même faire attention. Si vous vous faites prendre dans le Michigan, ça vous coûtera 10$ d’amende. Mais si c’est dans le Maryland qu’on vous arrête, ça peut quand même monter jusqu’à quatre ans de prison. Dans six Etats il peut aussi y avoir des demandes de réparations financières (Hawaii, North Carolina, Mississippi, New Mexico, South Dakota, et Utah). Dans une affaire de 2010, une femme de Caroline-du-Nord a par exemple obtenu une condamnation à 9 millions de dollars de réparation de la part de la maîtresse de son mari pour « aliénation d’affection » (1).

Avoir un(e) « date » quand on divorce

Il n’y a pas d’équivalent aux mots « date » et « dating » dans la langue française, donc on va dire « partenaire amoureux » et « rencontres amoureuses ».

Comme vu plus haut, l’adultère est considéré par endroits comme un délit. Et en tout cas il n’est pas en soi très bien vu aux Etats-Unis. Certes ça dépend un peu des endroits, mais en tout cas ce n’est pas aussi bien toléré qu’en France, par exemple. S’il peut en soi y avoir des conséquences judiciaires pour un adultère, bien évidemment il peut y en avoir aussi quand cet adultère se déroule dans le cadre d’un divorce.

Une nouvelle relation peut avoir des conséquences tant au niveau émotionnel que directement judiciaire.

Protéger les enfants

Sur le plan émotionnel, aussi bien le conjoint dont on souhaite divorcer que les enfants ou l’entourage peuvent être affectés par cette (ou ces) nouvelle(s) liaison(s). Et s’il s’agit des enfants, ce volet émotionnel peut alors avoir des conséquences sur le droit de garde etc… Un juge peut immédiatement interdire durant la période du divorce que des enfants puissent rencontrer votre ou vos partenaires.

La plupart des juges spécialisés ne s’intéressent pas forcément à la « bonne morale »… sauf quand elles impliquent des enfants.

Autres aspects à prendre en considération

Voici d’autres aspects sur un plan plus strictement juridique entre l’adultère et le divorce. Le premier élément sera déjà de déterminer si l’Etat dans lequel vous vivez autorise ou non de demander un « divorce pour faute » (adultère, abandon, cruauté). Ce « at-fault divorce » peut être demandé dans tous les Etats sauf dans le : Wisconsin, Oregon, Washington, Nevada, Nebraska, Montana, Missouri, Minnesota, Michigan, Kentucky, Kansas, Iowa, Indiana, Hawaii, Floride, Colorado et Californie.

Pour savoir si vous pouvez vous lancer dans le « dating », il est important de savoir si vous êtes effectivement séparé(e), depuis combien de temps… et à quel point vous l’êtes. Si vous êtes physiquement séparé mais que financièrement vous êtes toujours dépendant de votre conjoint… ça peut aussi avoir des conséquences. Le fait de sortir le soir et le week-end, par exemple, entraîne souvent des dépenses d’argent, et il vaut mieux alors que ce soit sur vos biens propres que vous sortiez, plutôt que ceux de la famille. Une suspicion de « dilapidation » peut en effet entraîner des enquêtes sur les comptes bancaires, et peut-être en conséquence trouver des nouvelles « preuves » contre la partie adverse. En tout cas, les sommes dépensées en procédures et en avocats s’en trouvent démultipliées.  

Autre aspect : si votre « nouvelle » relation amoureuse n’est en fait pas si « nouvelle » que ça, elle peut mettre la partie adverse (du divorce) sur la trace d’un adultère bien réel que vous aviez dissimulé avant de demander le divorce.

– 1 – www.edition.cnn.com/2009/LIVING/12/08/cheating.spouses.lawsuits/


PUBLICITE :

Afficher plus

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page