Actualités à Miami et en FlorideEtats-UnisNews InternationalNews PolitiqueTransports / Navettes

La frontière aérienne américaine rouvrira en novembre aux vaccinés, mais pas certain pour les frontières terrestres

La frontière aérienne américaine rouvrira « début novembre » pour les personnes « pleinement vaccinées », qui devront ainsi avoir la possibilité de montrer une preuve de vaccination, mais aussi une preuve de test négatif de moins de 72 heures, a déclaré Jeff Zients, le « coordinateur de la réponse au covid-19 » à la Maison-Blanche.

Les compagnies aériennes devront aussi collecter les informations pour contacter les voyageurs afin d’assurer une « traçabilité ». Il n’y aurait en revanche pas de quatorzaine imposée à l’arrivée. C’est donc la fin annoncée du « travel ban » mis en place il y a près de 20 mois pour le secteur aérien, mais la frontière terrestre avec le Canada va rester fermée un mois de plus, jusqu’au 21 octobre.

Selon Jeff Zients c’est le CDC qui déterminera quels vaccins seront acceptés.

Les Européens (entre autres) vont donc pouvoir revenir aux Etats-Unis. Ce dispositif « mondial » entraînera donc des changements également avec le Canada et le Mexique, qui n’ont jamais eu de travel ban aérien, mais qui devront aussi probablement avoir à présenter une preuve de vaccination à partir de la mise en place de ce système, alors que ce n’est actuellement pas le cas.

Les Américains non vaccinés ont d’ores et déjà le droit de rentrer dans leur pays, mais Jeff Zients a précisé qu’après un séjour à l’étranger ils seraient pour leur part soumis à des obligations encore plus strictes. Il leur sera demandé d’être testés dans la journée qui précède leur retour, et d’être testés à nouveau après leur arrivée sur le sol américain.

Certains commençaient à critiquer l’isolationnisme des Etats-Unis, son manque de réciprocité avec des partenaires étrangers, et les conséquences que cette fermeture pouvait avoir, à la fois sur l’économie, sur les familles binationales, ou encore au niveau politique. Des médias américains historiquement favorables à Joe Biden s’en inquiètent depuis plusieurs mois, et avec des qualificatifs très durs. Le Washington Post utilise le mot « incompréhensible » pour qualifier le travel ban. Pour Foreign Policy, c’est « irréfléchi » et « non scientifique ». The Atlantic, explique pour sa apart dans son titre que « ça a peu de sens ».

A noter que Reuters publiait mercredi dernier des déclarations du même Jeff Zients assurant qu’il n’y aurait pas de changement dans l’immédiat aux restrictions en place. Ca a donc évolué entre temps !


PUBLICITE :

Expert comptable CPA en Floride et aux Etats-Unis

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page