Actualités à Miami et en FlorideEtats-UnisLivresLivresNews Sorties Loisirs

Blueberry va avoir 60 ans !

Le célèbre cowboy est né en 1963 dans les colonnes du magazine Pilote. Retour sur son histoire singulière.

Son succès est représentatif de la bande dessinée franco-belge puisqu’elle est le fruit de la rencontre de deux créateurs : le Belge Jean-Michel Charlier et le Français Jean Giraud. Qui vont ainsi donner naissance à ce classique indémodable (1).

JEAN MICHEL CHARLIER

Parmi ses multiples talents, ce (entre autres) docteur en droit devient dès l’enfance créateur de bandes dessinées. Mais au début des années 1950, il se réoriente essentiellement sur l’écriture de scénarios plutôt que le dessin A son décès en 1989, Charlier aura écrit plus de 500 bandes dessinées, scénarios et feuilletons destinés à la télévision ou à la radio, sans compter les journaux (comme Pilote en 1959) qu’il a lancé. Parmi ses succès en bédé on compte La Patrouille des Castors (1954), ou Tanguy et Laverdure (1959), et ainsi des aventures très américaines, comme celles du pilote Buck Danny (1947) ou encore de Barbe-Rouge (1959) inspiré par le pirate Black Beard. Toutes ces créations sont dans un style très réaliste.

Charlier réalisera trois tours du monde en 1962, 1964 et 1965 et c’est durant sa première expédition qu’il découvre l’ouest américain.

JEAN GIRAUD

Charlier crée ainsi Blueberry avec Giraud l’année suivante, en 1963. Le jeune dessinateur français, qui signe alors « Gir » était alors assistant d’un autre dessinateur : Jigé. Le personnage de Blueberry va être d’abord inspiré du physique de l’acteur Jean-Paul Belmondo, qui donne son accord. Mais au fil des numéros, le dessin de Giraud évolue aussi bien que le physique de Blueberry. Les cinq premiers albums ont par exemple des couleurs très psychédéliques, et la coloration devient plus « classique » à partir du sixième. Les fans du dessin de Giraud font l’éloge du diptyque « La Mine de l’Allemand perdu » / « Le Spectre aux balles d’or » comme étant le sommet graphique de Blueberry, dans la représentation des personnages, mais aussi des animaux ou des paysages de l’ouest américain.

Comme chacun le sait, la bédé franco-belge attend toujours son heure de gloire aux Etats-Unis, mais Jean Giraud, lui, a devancé Blueberry : il a eu une carrière internationale avec ses propres bébés de science-fiction sous le pseudonyme de Mœbius. Il est décédé en 2012.

BLUEBERRY

Le comble de cette méconnaissance américaine pour la bédé européenne, c’est que – par exemple dans le cas de Blueberry – elle s’inspire plus ou moins librement de l’histoire des Etats-Unis. Les Américains aiment les bédés, ils aiment leur propre histoire… il est assez étrange qu’ils n’aient pas apprécié les créateurs européens, ou bien qu’ils ne s’en soient pas inspirés pour créer leurs propres séries. Mais… c’est ainsi.

Le vrai nom de notre héros est Mike Steve Donovan, et il est né le 30 octobre 1843 dans la plantation Red Wood, près d’Augusta, en Géorgie. Il a beau être né « sudiste », il est recherché au début de la Guerre de Sécession pour un meurtre qu’il n’a pas commis, et il s’engage alors dans l’armée de l’Union, prenant au passage le pseudonyme de Blueberry. Plus tard il participera aux guerres indiennes que mène l’armée des États-Unis, en ayant une fâcheuse tendance à prendre le parti des autochtones. Il découvre ainsi l’Ouest, où il est parfois hors-la-loi, parfois shérif, et toujours très « anti-héros »… Blueberry est de toutes les aventures dans les pueblos de l’Arizona ou sur les mesas du Nouveau-Mexique, souvent accompagné de ses amis, le prospecteur Jimmy Mc Clure et le coureur de piste Red Neck Wooley !

C’est cet ouest américain qui est raconté dans les 30 numéros de « Blueberry ». Son histoire plus ancienne étant relatée dans les 21 épisodes de « La Jeunesse de Blueberry ».

A noter que Charlier a commis un canular en tentant de faire croire que Blueberry avait réellement existé. Il avait acheté une photo de la Guerre de Sécession où un officier ressemblait un peu à Blueberry… et comme Charlier savait raconter des histoires…

Particularités : six tomes « Mister Blueberry » ont été produits par Giraud après le décès de Charlier, et la série a été de nouveau reprise en 2019 par Joann Sfar et Christophe Blain.

En 2004, le réalisateur Jan Kounen a révélé son film « Blueberry, l’expérience secrète », avec Vincent Cassel en premier rôle, ce qui n’est pas une mauvaise idée, sauf que le film a peu de choses à voir avec l’original, Blueberry s’y livrant surtout à la consommation de drogues et à la pratique de sciences occultes.

La page de Blueberry sur le site de l’éditeur : www.dargaud.com/bd/blueberry/blueberry


– 1 – Encore que, si vous n’aimez pas les cigarettes, le whiskey, et l’utilisation du mot « indien »…


Heurs et malheurs de la bande dessinée américaine


PUBLICITE :

Business Broker à Miami : Raquel Afriat

Hôtel à Hollywood et Hallandale en Floride : Richard's Motel

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Nous avons besoin d'amourrrrrrrrr !!!!!

Un like sur Facebook, c'est très important pour la presse indépendante Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !


This will close in 30 seconds