Actualités à Miami et en FlorideEtats-UnisUncategorized

Ron DeSantis arrête sa campagne et soutient Trump qui, ainsi, écrase la Primaire républicaine

Alors qu’un seul Etat a voté (l’Iowa) : on connaît déjà le nom du vainqueur de la Primaire : Donald J Trump écrase l’élection et signe son grand retour (même s’il n’était jamais vraiment parti). Il fait mentir ceux qui pensaient qu’il serait affaibli par les procès.

L’ex-président Trump a réalisé 51% des voix en Iowa mais, depuis lors, Vivek Ramaswamy (7,7%) et maintenant Ron DeSantis (21,2%) se sont désistés à son profit. Inutile de faire le calcul : Trump gagnera contre Nikki Haley la primaire du 22 janvier dans le New-Hampshire, puisqu’il ne reste plus qu’elle a faire face à Donald Trump (avec Asa Hutchinson mais qui n’est qu’à 0,2%). Arrivée troisième avec 19,1%, Nikki Haley (gouverneure de Caroline du Sud) est la vraie révélation de cette primaire républicaine : elle a su imposer un style, une détermination et s’est créé un avenir politique. Elle est aujourd’hui le dernier obstacle pour la victoire de Donald Trump, mais avec le report des voix ça va être difficile pour elle.

Nikky Haley aurait été une « vice-présidente » intéressante sur le le ticket de Donald Trump (femme, plus modérée que lui, de couleur), mais depuis quelques jours elle a peut-être dépassé la ligne rouge des critiques à l’égard de Trump. Mais, comme disait Ron DeSantis, « si on lui baise l’anneau, on devient son ami ».

C’est ce qu’à fait DeSantis (gouverneur de Floride) ce 21 janvier. Et Trump s’est immédiatement déclaré « honoré » par ce soutien.
DeSantis a en fait doublement mal joué. Il devait son poste de gouverneur de Floride au seul soutien de Trump, et il était son gouverneur préféré, celui qui avait fait tout ce que le président lui demandait de faire, notamment durant la crise de la Covid. Et puis il l’a trahi. Trump lui pardonnera certainement à moitié… mais ce sera difficile d’envisager plus.

Au lieu de soutenir Trump, DeSantis s’est donc lancé dans la bataille de la Primaire. Au départ, il était très apprécié par l’électorat républicain modéré. Depuis un an, DeSantis avait affiché des positions qui, au contraire, étaient destinées à aller chercher les radicaux (avortement, antiwokisme…) faisant ainsi l’inverse de ce que doit faire un candidat qui veut rassembler : commencer sa campagne de la manière la plus extrême qu’il peut se le permettre puis à la fin rassembler au centre.

DeSantis a toutefois montré des talents évidents durant cette campagne (il est deuxième en Iowa), et il a bien le temps de rebondir sur plan national dans les années qui viennent. Sa campagne aura été aussi gâchée par le talent de Nikki Haley et sa révélation pour le grand public. Il n’est jamais devenu « l’homme fort de la droite américaine » et ce sera compliqué pour l’avenir car, aussi bien chez les modérés, chez les neocons ou les Trumpistes : il y a déjà de la concurrence pour prendre la succession du « boss » dans cinq ans.

A noter : Trump devrait remporter toutes (ou presque) les Primaires, mais ce n’est que la convention républicaine qui désigne officiellement le candidat durant l’été. Il y a probablement 99,999% de chances que ce soit Trump. Mais vu la furie dans la politique américaine, avec les procès etc… il faudra toutefois que ce soit confirmé.

Dans tous les cas, le mouvement MAGA (Make America Great Again) sort ainsi gagnant, une nouvelle fois, de la primaire républicaine. En cas de problème pour Donald Trump, il faut savoir que le N°2 de ce mouvement MAGA, s’appelle Donald Trump Jr.  Et, hormis l’âge, il y a très peu de différence entre le père et le fils.


PUBLICITE :

Cirque du soleil

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page