Actualités à Miami et en FlorideEtats-UnisNationalNews Politique

Les néo-conservateurs américains en voie de disparition : le Weekly Standard a fermé ses portes

Le décès du Weekly Standard le même mois que celui du président George H. Bush (décembre 2018) est tout un symbole. La revue phare des néo-conservateurs, dirigée par William Kristol (photo ci-dessus par Gage Skidmore CC BY-SA 2.0), aura peut-être été le magazine le plus influent jamais créé sur la planète, dictant la voie à suivre aux deux grands partis américains durant plusieurs décennies, notamment en matière de politique internationale. Cette influence aura été liée à un fort mécénat soutenant les « néo-cons », mais en premier lieu à l’intelligence fulgurante de ses analystes. Ils n’ont cependant pas vu le monde changer, et ont commencé par justifier l’injustifiable durant la deuxième guerre en Irak. A noter que l’un de ses journalistes, Stephen F. Hayes, a par exemple pu écrire un livre de 350 pages sur les connexions (pourtant inexistantes) entre Saddam Hussein et le groupe terroriste Al Qaïda.

The Weekly Standard
Une couverture anti-Trump du Weekly Standard

Les néo-conservateurs se sont ensuite opposé à Barack Obama durant ses huit années au pouvoir – même s’il ne s’est guère éloigné de leur ligne politique – et ils pensaient bien, grace à un candidat comme Jeb Bush ou Marco Rubio, ne faire qu’une bouchée de la candidate Hillary Clinton (même si cette dernière était comme eux en faveur des interventions militaires à l’étranger). Ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est la victoire de Donald Trump à la primaire Républicaine, et ses prises de positions à l’opposé des politiques néoconservatrices (favorables au libre marché international et aux interventions militaires). « Pour la première fois de sa vie », William Kristol n’a pas appelé à voter Républicain, et il s’est opposé à Trump avant, pendant, et après l’élection présidentielle. Deux ans plus tard, c’est la « ligne Trump » qui l’emporte par K.O : adieu les néo-conservateurs ! Encore que, tout peut dépendre d’un gentil mécène, et à la mi-janvier, le dernier carré s’était rassemblé autour du site internet www.thebulwark.com.

Le mouvement néo-cons avait été lancé dès les années Reagan par Irving Kristol (le père de William Kristol) et d’autres ex-militants trotskistes (comme lui) avec le célèbre think tank « Project for a new american century ». Un certain nombre de fondations existent toujours… mais il est évident que les néo-conservateurs sont beaucoup moins influents, et que le Republican Party vit en ce moment de grands changements idéologiques.


Même s’ils sont critiques envers Donald Trump, les « paléo-conservateurs » semblent former le courant qui se rapproche le plus des idées du président. Sur Wikipedia, Trump est d’ailleurs désormais classé dans la catégorie Paleo-cons. Les Paleos sont toutefois loin d’avoir l’influence idéologique qu’ont pu détenir les néo-cons à leur apogée. Le chef historique des paléo-cons est Pat Buchanan, ex-candidat à la Présidentielle, mais qui est désormais âgé de 80 ans. Ils publient les revues The American Conservative et Chronicles.

www.theamericanconservative.com

www.chroniclesmagazine.org

 

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer