Actualités à Miami et en FlorideEditorialEtats-UnisNationalNews Etats-UnisNews Politique

On demande un peu de fraternité ! (Editorial du Courrier des Amériques)

Heureusement, un très grand nombre de personnes lisent et suivent encore les médias. D’autres pensent pouvoir s’en passer. Ceux-là assurent que les médias ne sont plus un « contre-pouvoir », mais LE pouvoir. Ce n’est peut-être pas totalement faux dans le cas de certains « mass médias ». Nous sommes pour notre part une entreprise indépendante et non-partisane, et nous n’avons pas grand chose à voir avec les « mass médias ».

par Gwendal Gauthier, directeur du Courrier des Amériques.
par Gwendal Gauthier, directeur du Courrier des Amériques.

Néanmoins, si certains médias ont une responsabilité politique, force est de constater que les « haters » (appelés « rageux » au Québec) ne se limitent pas à déverser leur flot de haine sur les seuls « mass » médias. Depuis un an les réseaux sociaux sont devenus d’incontrôlables flots d’insultes. Aussi bien le coronavirus que divers élections sont systématiquement l’objet d’invectives haineuses, de dénonciations (dans le cas du covid) sans oublier les sujets qui sont réellement brûlants, comme par exemple les meurtres ayant entraîné des émeutes durant l’été aux USA.

Certaines colères sont légitimes. Les haines, en revanche, ne le sont pas. La dernière fois qu’un philosophe occidental légitima l’insulte, c’était Sartre, assurant que « tout anti-communiste est un chien« . C’était au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, et Sartre croyait défendre une certaine générosité politique. Quelques millions de morts (du stalinisme) plus tard, quelle est aujourd’hui cette « générosité » qui légitimerait l’insulte et la haine en 2020 ?

Comme chacun le sait, la haine vient surtout de l’ignorance qui, au XXIe siècle, est extrêmement accentuée par « l’effet bulle de filtrage' » des réseaux sociaux. Regardez le documentaire « The Social Dilemma » (diffusé sur Netflix, voir article ici) si vous voulez vous rendre compte du degré de gravité du problème. On peut aussi souligner l’incapacité croissante des mass médias à présenter plus d’un seul point de vue politique (et c’est particulièrement le cas aux Etats-Unis), comme si eux aussi étaient enfermés dans ces « bulles ».

Pour être franc, j’ai, moi aussi, très souvent envie de me joindre aux colères ambiantes. Mais je tenais à profiter cette fois de mon éditorial pour rappeler les bien-fondés de la fraternité. Pour arriver à faire avancer une société, il faut auparavant arriver à comprendre ceux qui ne sont pas en accord avec nos propres opinions. Dans ce cadre, notre rôle (qui devrait être le rôle de tout média) est de vous apporter des informations vérifiées afin de faire progresser le débat.

Autre sujet : on fera le point dans les semaines qui viennent sur l’impact économique qui fait suite aux confinements aux USA, mais je tenais, là aussi, à assurer tous les expatriés qui travaillent aux Etats-Unis de ma fraternité. Nous avons ouvert un groupe Facebook sur ce sujet : n’hésitez pas à venir nous faire part de vos éventuels problèmes. Et même pour toutes les personnes qui se demandent si elles vont pouvoir voyager vers les Etats-Unis prochainement : vous êtes les bienvenues !


PUBLICITE :

Raquel Afriat Broker 2016-2017

Afficher plus

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page