Actualités à Miami et en FlorideEtats-UnisNews Politique

Le gouverneur de Floride s’oppose de nouveau au vaccin obligatoire, en insultant Biden au passage

La législature de Floride se déroule généralement en janvier, mais le gouverneur de l’Etat, Ron DeSantis, a appelé les parlementaires à se rassembler en session spéciale afin de contrer les plans de vaccination obligatoire du gouvernement Biden. Ce 18 novembre,  le gouverneur est allé signer l’application de la loi dans la ville de Brandon, une insulte directe au président Biden.

RAPPEL DU CONTEXTE

DeSantis avait déjà fait voter une loi condamnant à 5000$ d’amende les entreprises de Floride qui demanderaient une preuve vaccinale, à partir du mois de septembre 2021. Mais, le gouvernement de Joe Biden avait ensuite décidé, au contraire, d’obliger les entreprises de plus de 100 employés à les vacciner avant le 4 janvier 2022. Alors que ce décret fédéral est attaqué en justice (en particulier par les Etats Républicains), l’administration fédérale qui en a la charge a décidé de le suspendre. C’est donc dans un cadre particulièrement tendu et polarisé, où Joe Biden est fragilisé par cette suspension, qu’intervient le gouverneur de Floride.

Le gouverneur de Floride s'oppose de nouveau au vaccin obligatoire, en insultant Biden au passage

CE QU’IL Y A DANS LA NOUVELLE LOI

« Dans cet Etat, nous respectons la liberté individuelle des gens » a dit en préalable Ron DeSantis. « Nous nous sommes réunis en session spéciale car des milliers et des milliers de personnes risquaient de perdre leur emploi« . En conséquence, voici ce que contient (entre autres) la loi :

– Elle oblige les entreprises à accepter des exemptions à l’application de l’obligation vaccinale. Pour des raisons par exemple de santé, ou de croyances religieuses, les employés ne sont plus obligés d’être vaccinés. Autres exemples : les employés peuvent invoquer une grossesse, une future grossesse, le fait d’avoir déjà eu la covid etc. En cas de contravention à ces exemptions, les petites entreprises pourront être condamnées à 10 000$ d’amende, et les 100+ à 50 000$ d’amende.

– Interdiction aux districts scolaires d’obliger au port du masque et interdiction aux gouvernements locaux d’adopter des exigences en matière de vaccins pour les employés du secteur public.

– Supprimer de la loi de l’État la capacité du chirurgien général d’imposer la vaccination d’un individu lors d’une crise de santé publique.

Bien entendu, les lois pour ou contre le vaccin obligatoire, sont toutes sujettes à des contre-attaques judiciaires, et il est difficile de savoir lesquelles seront acceptées… ni pour combien de temps.

Le gouverneur DeSantis a par exemple perdu en première instance un procès intenté par une compagnie de croisières souhaitant imposer le vaccin à ses passagers.

POURQUOI « BRANDON » EST UNE INSULTE A JOE BIDEN

Ceux qui ne suivent pas les « subtilités » de la vie politique américaine ne comprendront pas la rudesse de l’attaque. Si Ron DeSantis s’est rendu dans la ville de Brandon, 110 000 habitants, à l’est de Tampa, c’est pour afficher un symbole évident et insultant à l’encontre du président des Etats-Unis. Pour comprendre, il convient ainsi de rappeler l’histoire : le 2 octobre dernier, une présentatrice de la chaîne NBC assure durant une course automobile Nascar que la foule est en train de crier « Let’s Go Brandon« . Or la foule hurlait « Fuck Joe Biden« . Depuis lors, un grand nombre d’opposants à Biden utilise le slogan « Let’s Go Brandon » comme une insulte au président, à travers t-shirts, casquettes, et même la chanson d’un rappeur. La signature du gouverneur DeSantis à Brandon (Floride) est liée à ce symbole. « La ville de Brandon devient un symbole de liberté » a commenté juste après la procureure générale de Floride, Ashley Moody. De liberté… et d’insulte ! En effet, dans la salle où se trouvait le gouverneur et la procureure, des personnes criaient « Let’s go Brandon« , tout comme les commentateurs de la diffusion vidéo en live.

DESANTIS OPPOSANT N°1 A BIDEN

« Est-ce qu’on a une constitution, ou bien est-ce que, quand Joe Biden perd sa patience, alors il a le droit de faire ce qu’il veut ?« , a questionné Ron DeSantis. Champion des libertaires – élu il y a trois ans grace au soutien de Donald Trump – DeSantis se pose ainsi en principal opposant au président Biden. Il joue sa réélection au poste de gouverneur l’an prochain (novembre 2022), mais se pose aussi frontalement en alternative au président, et en potentiel présidentiable : il est déjà très haut dans les sondages chez les Républicains. DeSantis prend une position risquée, puisque son succès dépendra pour beaucoup des résultats de la Floride en matière sanitaire.

La Floride a eu des taux importants de covid et de décès au prorata de sa population, mais il convient aussi de prendre en compte la population de résidents secondaires et de touristes, qui démultiplient le nombre de résidents dans l’Etat. La moyenne d’âge y est également beaucoup plus élevée qu’ailleurs : autant d’éléments qu’il faudra prendre en compte au jour du bilan. « Je suis intervenu l’année dernière au moment où des gouvernements locaux voulaient enfermer les gens (…) Si on a eu des élèves à l’école, ce n’est pas grace à eux, c’est grace à moi« , a encore affirmé DeSantis ce 18 novembre.

Récemment, la Floride été touchée début juillet par la vague Delta en avance sur le reste du pays, et elle en est sortie avant les autres Etats, il y a plusieurs semaines, alors qu’un grand nombre d’endroits sont actuellement encore touchés par Delta aux Etats-Unis en ce mois de novembre.

Voir l’intervention de DeSantis et la signature à Brandon :


PUBLICITE :

Pizzeria et restaurant à Pompano Beach : Umberto's

Hôtel à Hollywood et Hallandale en Floride : Richard's Motel

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page