EditorialEtats-UnisNationalNews Economie Entreprise

Covid-19 : un moment d’incertitude pour les expats’ aux Etats-Unis (éditorial du Courrier des Amériques)

Et quoi de plus stressant que cette incertitude ?! Après un printemps vécu très différemment, qu’on soit enfermé à New-York City, « semi-confiné » en Floride, ou quasi-libre de ses mouvements dans des villes plus petites des Etats-Unis, nous avons tous dû nous résoudre à l’évidence au début de l’été 2020 : pour le moment il n’y a pas de fin à l’épidémie, et ses conséquences sont particulièrement stressantes.

LE POINT SUR L’EPIDEMIE

par Gwendal Gauthier, directeur du Courrier des Amériques.
par Gwendal Gauthier, directeur du Courrier des Amériques.

D’un point de vue sanitaire, le nombre de cas a explosé fin juin aux USA avec, heureusement, un taux de mortalité moindre qu’au printemps, mais tout de même énormément de décès vu que l’épidémie avait plus d’ampleur. Aujourd’hui elle s’affaiblit aux Etats-Unis, mais ceux qui suivent l’actualité en France peuvent constater que depuis une semaine le nombre de cas y est très inquiétant. Il faut espérer que le virus soit de moins en moins nocif au fil des semaines (c’est souvent le cas avec les virus respiratoires) et qu’on puisse mieux prendre en charge les malades, à défaut de pouvoir pour le moment éliminer cette maladie. Car cette incertitude sur la « fin de l’épidémie » commence à être très pesante.


Incertitudes sur les chiffres ?

Il y a une autre épidémie depuis le mois de mars, parallèle à la covid, qui est celle des fausses nouvelles, dont la viralité s’étend sur les réseaux sociaux. Beaucoup de « fake news » viennent empêcher d’avoir un avis clair sur les données de l’épidémie. Vous pouvez voir les courbes des cas de Covid et de mortalité entre autres sur le site internet du New-York Times. Pour les statistiques sur les hospitalisations, il faut regarder les sites internet des autorités sanitaires de chaque Etat.

Les médias occidentaux n’ont pas à être écarté des critiques. Parfois, c’est vrai, certains peuvent vivre un peu dans leur bulle. Parfois, aussi, l’enchaînement des infos peut provoquer sur certains sujets un climat anxiogène. Mais les faits publiés par les mass médias occidentaux, nationaux comme locaux, sont vrais et vérifiés. C’est déjà une bonne nouvelle, et c’est à vous, ensuite, de vous faire votre propre avis sur les infos que nous publions.


LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES…

Et à mesure que se prolonge l’épidémie, les conséquences économiques sont de plus en plus graves et délayées : la fin de l’année sera un peu angoissante du point de vue des faillites (et faillites personnelles), les USA étant (comme chacun le sait) peu spécialisés dans les aides sociales. D’un autre côté, il y aura aussi un rebond de l’économie et au quel cas toujours un effet euphorisant.

Du point de vue des expatriés, cette casse économique passe par des impacts importants sur certaines catégories professionnelles, par exemple sur tous les Français et Canadiens qui travaillent ici dans le domaine du tourisme et qui n’ont plus de clients depuis mars, les restaurants et commerces qui n’ont pas assez de chiffre d’affaire pour payer leurs loyers etc…

Illustration, crédit photo : Santiago Sito (CC BY-NC-ND 2.0)

…ET SUR LA VIE DE TOUS LES JOURS

Il y a aussi un stress important pour les expatriés qui ont besoin de maintenir des liens avec leur pays d’origine : la fermeture prolongée des frontières en a incité déjà des centaines à rentrer au pays. Et pour tous les autres, ceux qui sont restés (heureusement le plus grand nombre) ils ont souvent dû adapter leur vie, notamment celles des familles avec enfants qui ont dû les « scolariser à domicile » pour cette rentrée 2020. Pour beaucoup, ça ne se fait pas sans une profonde réorganisation professionnelle.

Tout cela vous le saviez certainement déjà, mais en tout cas, voilà, sachez que vous n’êtes pas seuls dans cette situation. Vous pouvez aussi partager cet article avec vos familles restées dans votre pays d’origine, afin qu’elles sachent que, si la vie « normale » reprend progressivement un peu partout, ce sera toujours plus difficile quand on est expatrié.

Ceci dit, hauts les cœurs (!) : nous aussi aux Etats-Unis on va en sortir un jour prochain. Ca ne pourra jamais être pire que ce que nous avons connu au printemps !

N’hésitez pas à rejoindre notre groupe Facebook consacré à cette crise du Coronavirus aux Etats-Unis afin de lire ou partager vos expériences !

Afficher plus

2 commentaires

  1. Généralités, il serait utile de savoir où on peu avoir des tests 72h pour rentrer en France dans les différents états. Et de vrais info vérifiées pas dès test “probablement” “c’est possible” et “peut-être “ les vérifications aux aéroports départ pour France ne sont pas des peut-être..merci
    Des liens dans les différents états seraient utiles…
    Merci

    1. Il s’agit d’un « éditorial » (c’est précisé dans le titre) et pas d’un article d’informations. Pour les infos nous vous les avons fournies gratuitement depuis le mois de mars, vous n’avez rien payé, et dire « merci » apparemment n’est pas dans vos compétences. Nous avons également ouvert dès le début de l’épidémie un groupe Facebook sur le sujet spécialement conçu pour les expatriés aux Etats-Unis ou des milliers de personnes viennent échanger. Nous nous en sommes occupé bénévolement, et vous n’êtes pas non plus obligé de dire « merci », rien ne vous y contraint Philippe Gresset.
      Comme nous l’avons écrit sur notre site et dans le groupe Facebook en question, il y a la liste des endroits où vous pouvez réaliser les tests PCR sur les sites des consulats français. Vous pouvez en profiter pour leur mettre également un commentaire désagréable, ils apprécieront.
      Si vous n’êtes pas content vous devez savoir que rien ne vous interdit de lancer votre propre média.

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page