Actualités à Miami et en FlorideElection Présidentielle de 2020 aux Etats-UnisEtats-UnisNationalNews Etats-UnisNews PolitiquePrimaires et élections américaines de 2020

Résultats de l’élection présidentielle américaine 2020 : 2e soirée électorale live

Bienvenue sur notre live consacré aux résultats de l’élection présidentielle américaine qui se déroule depuis hier, 3 novembre.

L’élection est suspendue à l’annonce des résultats dans plusieurs Etats, dont certains qui refusent pour le moment de terminer le comptage, comme la Pennsylvanie.

NOTRE ARTICLE : JOE BIDEN EST ELU PRESIDENT, MAIS DONALD TRUMP CONTESTE

VOIR NOTRE ARTICLE SUR CE BLOCAGE

VOIR NOTRE ARTICLE : DONALD TRUMP DENONCE UNE « TRICHE »


Nombre de délégués acquis

Est élu président le candidat qui atteint un minimum de 270 délégués.

Résultats provisoires de l'élection présidentielle aux Etats-Unis ce mercredi soir
Résultats provisoires de l’élection présidentielle aux Etats-Unis ce mercredi soir

– Donald Trump : 214

Etats gagnés : Oklahoma, Mississippi, Alabama, Kentucky, Nebraska, Virginie Occidentale, Caroline du Sud, Tennessee, Indiana, Arkansas, Louisiane, Dakota du Nord, Dakota du Sud, Wyoming, Utah, Idaho, Floride, Missouri, Ohio, Texas, Iowa, Montana, Maine 2nd District.

– Joe Biden : 264

Etats gagnés : New-York, District of Columbia, Illinois, Vermont, Virginie, Massachusetts, New Jersey, Deleware, Connecticut, Colorado, Nouveau-Mexique, Rhode Island, New Hampshire, Californie, Oregon, Maryland, Washington, Arizona, Minnesota, Nebraska 2nd, Wisconsin, Michigan.

– Etats restants :

Alaska (3 délégués) : 50% des votes dépouillés; 63,6% pour Trump, 32,4% pour Biden.

Caroline du Nord (15 délégués: 95% des votes dépouillés; 50,1% pour Trump, 48,7% pour Biden.

Géorgie (16 délégués) : 96% des votes dépouillés; 50% pour Trump, 48,8% pour Biden.

Nevada (6 délégués) : 86% des votes dépouillés; 49,3% pour Biden, 48,7% pour Trump.

Pennsylvanie (20 délégués) : 87% des votes dépouillés, 51,7% pour Trump, 47,2% pour Biden.


Notre analyse sur la Présidentielle :

Comme Le Courrier l’avait souligné, le résultat n’aura rien à voir avec les prédictions des sondages : c’est serré. Et Trump a par exemple gagné la Floride et d’autres Etats avec une marge beaucoup plus importante que la dernière fois.

Beaucoup d’Etats ont commencé les décomptes avec une large avance pour Joe Biden, en raison des votes par correspondance qui ont été comptabilisés en premier et étaient largement favorables aux Démocrates. Mais dans les swing states du centre et de l’est, Trump prenait la tête. Il est donc difficile de prédire quels seront les scores sur les derniers Etats non attribués, car certaines grandes villes votant démocrate n’avaient pas encore terminé de comptabiliser. Trump serait réélu s’il gagnait la Géorgie, Caroline du Nord, Nevada, et Pennsylvanie, mais c’est ainsi loin d’être certain  : mercredi après-midi c’est au contraire Joe Biden qui était en tête dans le Nevada.

Mardi soir, les Etats de Pennsylvanie, Géorgie et Caroline du Nord ont annoncé qu’ils ne donneront pas les résultats durant la soirée. De nouveau, les Etats-Unis ne seront pas capables de donner le nom du vainqueur durant leur soirée électorale. La Pennsylvanie veut attendre de comptabiliser les bulletins envoyés par la poste, ce qui jusqu’à présent est légal. De même la Caroline du Nord a assuré qu’elle ne mettrait pas ses résultats à jour avant la semaine prochaine. Le Nevada devrait pour sa part continuer et donner de bonnes indications jeudi.

VOIR NOTRE ARTICLE SUR CE BLOCAGE

Joe Biden aurait de son côté « retourné » l’Arizona et le Michigan (gagnés en 2016 par Trump) et ses 11 délégués: c’est le premier Etat à être « flipped » par l’un des deux candidats.

Il est donc toujours trop tôt pour dire qui va gagner, mais en revanche il n’y a aucune « vague bleue », contrairement à ce qui avait été annoncé depuis des mois.

Tout peut encore arriver, mais un blocage juridique autour de la Pennsylvanie commence à laisser envisager une situation unique…

Si la Géorgie est attribuée à Donald Trump, le suspense pourrait continuer. Si Biden gagne cet Etat alors il aura plus de 270 délégués.

« Nous avons gagné cette élection et ils cherchent à la voler », a assuré Trump à 2h30 mercredi matin (voir plus bas).

VOIR NOTRE ARTICLE : DONALD TRUMP DENONCE UNE « TRICHE »


Joe Biden s’est exprimé à 23h40

Joe BidenDepuis son fief de Wilmington (Delaware) :

« Nous aurons à attendre jusqu’à demain ou même plus tard. On est sur les rails pour gagner cette élection. (…) Nous allons avoir à être patients et attendre jusqu’à ce que le dernier bulletin soit compté. (…) On est toujours dans la course en Géorgie (…) et on a de bonnes chances d’emporter le Michigan et le Wisconsin. (…)

Ca va prendre du temps d’y compter les votes mais on va gagner la Pennsylvanie. (…) Gardez la foi les gars, on va gagner ça ! »

Donald Trump prend la parole à 2h20 du matin :

En direct depuis la Maison Blanche : « Nous sommes prêts à sortir pour célébrer la victoire. (…) Il est clair que nous avons gagné la Géorgie, la Caroline du Nord, ils ne peuvent pas nous rattraper (…) Peut-être l’Arizona, il y a une possibilité (…), mais – plus important – nous gagnons la Pennsylvanie par un immense écart (…) nous sommes presqu’impossibles à rattraper, nous gagnons le Michigan (…) et nous gagnons le Wisconsin. On n’a pas besoin de tous les gagner. (…) Regardez tous ces Etats que nous avons gagné et avec cette belle marge. Et vous savez ce qu’il s’est passé : ils ne pouvaient pas gagner, alors ils vont nous envoyer au tribunal (…) C’est une fraude sur notre public américain et un grand embrassement pour notre pays. Franchement, nous avons gagné cette élection. Alors nous allons aller à la Cour Suprême des Etats-Unis, car nous ne voulons pas qu’il y ait des bulletins d’ajoutés à 4h du matin. »

Donald Trump cède la parole au vice-président Pence : « Nous allons rester vigilants, car le droit de vote et son intégrité sont au cœur de notre démocratie. Je crois que nous sommes sur la route de la victoire, et je suis certain que nous allons make america great again, again« .

Ca chauffe du côté de Donald Trump :

Plus tôt, le président des Etats-Unis avait déjà Twitté… et ça commençait à chauffer : « Nous sommes GRANDS, mais ils essayent de VOLER l’élection. Nous ne les laisserons jamais faire. Les votes ne peuvent pas être acceptés après que les élections soient terminées ! »


Lundi, plus de 100 millions de personnes avaient déjà voté fin de désigner leur président, et ce scrutin s’annonce donc historique avec une participation record.

Les partisans de Trump étaient encore mobilisés ce mardi à 18h :


La Chambre va rester Démocrate :

Les Démocrates, qui détiennent actuellement 232 des 435 sièges de la Chambre des Représentants, devraient gagner de 4 à 5 sièges supplémentaires selon les premières projections. Si Trump est réélu il n’y aura donc pas de majorité.

Rappelons que, avec le Sénat, la Chambre forme le Congrès des Etats-Unis. Le nombre de sénateurs républicains et démocrates n’est pas encore connu à cette heure.


Trump progresserait dans différentes catégories, et serait en régression uniquement auprès des « hommes blancs » (si on doit se fier au sondages, mais généralement ceux « sortis des urnes » sont plus fiables) :


Le rappeur Kanye West a voté pour lui même :


Nos autres articles :

Comprendre le système d’élection du président des Etats-Unis par les « délégués »

Comprendre les problèmes liés au vote par correspondance

LIRE NOTRE EDITORIAL : Les sondages nous interdisent de penser

Le programme de Trump

Ce que Joe Biden propose à l’Amérique

Qui sont les autres candidats à l’élection présidentielle ?

Tous nos articles sur l’élection présidentielle américaine

Qu’est-ce que les QAnons

L’Amérique a-t-elle une convulsion morale ? C’est la question que pose The Atlantic !

Les Etats-Unis en route vers le féodalisme ? C’est ce qu’assure le géographe Joel Kotkin

Pour Sylvie Laurent, prof à Sciences Po Paris, « Les Américains Blancs » sont « racistes »


RESULTATS A VENIR (CE SOIR) :

Résultat dans les Swing States

– Texas (38 délégués) : Trump

– Floride (29) : Trump

– Pennsylvanie (20)

– Ohio (18) : Trump

– Géorgie (16)

– Michigan (16) : Biden

– Caroline du Nord (15)

– Arizona (11) : Biden

– Wisconsin (10) : Biden

– Minnesota (10) Biden

– Iowa (6 délégués) : Trump

– Nevada (6)

– New Hampshire (4) : Biden

– Maine 2nd District (1) : Trump

– Nebraska 2nd District (1) : Biden


Résultat du vote national

XX% des bulletins de votes dépouillés. Rappelons que le vote national ne fait pas le résultat.

– Donald Trump (Parti Républicain) : 48,1% (mercredi à 18h)

– Joe Biden (Parti Démocrate) : 50,3% (mercredi à 18h)

– Jo Jorgensen (Parti Libertarien) : 1%

– Howie Hawkins (Green Party) : 0%


Une campagne hors du commun

La campagne aura été assez vigoureuse, avec de nombreux coups bas entre les candidats, mais peut être moins que lors des précédentes (comme celle de 2016), ce qui est paradoxal car les Etats-Unis sont politiquement beaucoup plus polarisés qu’avant.

Comme en 2016, Donald Trump aura réussi à polariser l’attention sur sa personne, et à faire de cette élection une sorte de « référendum » pour ou contre lui.

Quelques moments clés de cette campagne :

– Le fils de Joe Biden est accusé d’avoir été embauché en Ukraine et gagné des millions de dollars, par « népotisme » (parce qu’il était le fils du vice-président).

– Lors d’une procédure de destitution, Donald Trump a été accusé en janvier d’avoir voulu négocier une aide au président Ukrainien en échange d’informations sur cette affaire concernant Hunter Biden.

– En fin de printemps, la colère ayant suivi le meurtre de George Floyd par des policiers a parfois (si ce n’est souvent) été tournée contre Donald Trump lors de manifestations et émeutes dénonçant le racisme aux Etats-Unis.

– Donald Trump a été hospitalisé le 2 octobre après avoir attrapé la covid-19 et en est ressorti soixante-douze heures plus tard de manière un peu théâtrale, comme un héros ayant « terrassé la maladie » !

– La gestion de la pandémie aura été utilisée comme un argument de Biden contre Trump. Mais Trump a régulièrement accusé son adversaire de « vouloir enfermer tout le monde » ; d’être « caché dans sa cave » et de l’avoir critiqué quand il a décidé de fermer les frontières en mars.

– Les réunions publiques auront été anéanties par la crise du covid, ce qui aura donné un caractère étrange à la campagne : des mois sans meetings, puis une campagne hors norme de Trump, avec jusqu’à cinq villes au programme dans une seule journée (quatorze dans les 3 derniers jours de campagne) ! De son côté, Biden a été beaucoup plus « virtuel » et n’a pas été au devant des foules. Etait-ce la bonne stratégie ? Réponse ce soir !


« Le risque de violences est réel ce soir »

Avertissement : Les télévisions internationales, notamment françaises, jouent à faire peur, en répétant ce genre de phrases en boucle, et même parfois pire, évoquant des possibilités de « guerre civile ».

Il n’y a bien évidemment aucune mobilisation d’émeutiers aux Etats-Unis, ni aucun risque de « guerre civile » même si, en fonction du résultat, ça pourrait être tendu dans les villes habituelles, comme Portland, où les émeutes sont régulières de la part de quelques milliers de personnes. Le journal Le Monde aussi (entre autres) assure que « les Démocrates achètent des armes » et qu’ils ont des « craintes ».

Pour mémoire : en 2016 les médias français faisaient croire que les bourses pourraient dévisser en cas de victoire de Trump.


Les sondages :

Après avoir comme d’habitude donné de faux chiffres (ou des « chiffres faussés ») depuis deux ans, les instituts de sondages américains estiment toujours que Joe Biden va l’emporter, mais de manière plus serrée. Sur les Swing States – ces Etats qui décident de l’élection – l’avance de M. Biden est même estimée assez basse et, sur cette base, tout peut encore se passer ce soir.

Le score du principal agrégateur de sondages, RCP, donne M. Trump un demi-point au-dessus de ce qu’il était en 2016. En revanche M. Biden est estimé beaucoup plus haut que ne l’était Mme Clinton. L’écart global à 16h serait, selon ces mêmes sondages, de 7,2% au profit de Joe Biden.

A noter que sur RCP la côte de satisfaction, le « job approval » du président est presque au plus haut : 45,9% d’opinions positives sur la politique de Donald Trump (et 52,5% d’opinions négatives).

Le deuxième agrégateur le plus connu, FiveThiryEight donne pour sa part une avance de 8,4% de Joe Biden sur Donald Trump.

Ceux qui avaient pronostiqué Donald Trump vainqueur en 2016 le redonnent légèrement en tête cette fois-ci, comme Democracy Institute ou Trafalgar Group. Ils présentent des méthodes de sondages « plus efficaces », mais ne sont toujours pas très bien considérés par leurs pairs ou les médias.


Ce qu’il faut surveiller ce soir

Les Swing States bien sûr (voir plus bas pour la liste), à commencer par ceux de l’Est : Pennsylvanie, Caroline du Nord, la Géorgie et surtout la Floride. Regardez surtout la Floride et la Pennsylvanie. Si Donald Trump l’emporte sur ces Etats, alors il devra aussi aller en gagner plusieurs autres, comme le Wisconsin et/ou le Michigan.


PUBLICITE :

Afficher plus

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page